ANSE est membre du réseau Metasysteme Coaching

SUPERVISION SYSTEMIQUE AUX CHANTS DES CIGALES
Les processus systémiques

21 Juillet 2015

La supervision systémique de l’école Métasystème d’Alain Cardon se veut être centrée sur le développement des compétences du coach.

Un coach engagé sur un cycle de supervision systémique viendra tous les mois pratiquer sa compétence de coach en coachant un de ses pairs pour développer son système, capter les processus systémiques pour se rendre compte qu’in fine, dans un système tout est lié, tout est en relation. Petit à petit, il va prendre conscience que le hasard qui n’existe pas est bien là pour être une ressource au projet de son client. Il va développer ce que j’appelle sa conscience systémique. Il la développe de par son implication individuelle et par l’effet systémique du collectif. On s’enrichit des différences.

Il va s’apercevoir que, dans notre univers, les éléments du système sont en relation, que toute les graines qu’il a posées et/ou qui ont été posées par le collectif dans un système l’ont été pour être au service de son client. Tout ceci se capte par la pratique régulière comme les saisons, les mois, les jours, les réunions qui rythment la vie.

Le 9 juillet dernier, j’ai invité les 10 personnes du groupe de supervision de Montpellier à venir pratiquer à 5 minutes de chez moi à Sussargues dans ma garrigue. Mon endroit préféré, l’endroit où j’aime me perdre pour me retrouver, l’endroit où je cours pour me tenir en forme, l’endroit où je crée mes rêves, l’endroit où je crée mes décisions, l’endroit où je sens la nature et parfois même je croise des chevreuils.

La mairie me loue le lieu où sont réalisés, en temps normal, dans ce qu’on appelle les carrières,  les soirées théâtrales, des concerts de jazz, de classique et depuis 4 ans au mois de juillet la supervision systémique.

Je vous invite à visiter une journée de supervision systémique :

Les axes du développement du coach :


Ici le faciliteur du groupe demande au coach : quelles sont les compétences de coach qu’il veut développer ? En effet, comme un musicien, le coach voit, revoit ses gammes, pratique les passages qu’il a du mal à réaliser en direct.

C’est ainsi que des coachs viennent par exemple pour développer (exemples réels des groupes de supervision de Montpellier et Toulouse):

  • Laisser la place au client pour gagner en émergence
  • Mieux gérer mon temps dans mes phases de prise de parole et de silence
  • Le silence, écouter le système et ses processus. Me taire plus !
  • Etre sans intention.
  • Prendre plus de temps sur le premier quart pour poser le contrat et le clarifier
  • Prendre le temps de reformuler
  • Mieux préciser les résultats que le client veut atteindre dans le coaching.
  • Utiliser l’échelle de 1 à 10 pour mesurer l’état du client afin de l’accompagner dans son plan d’actions
  • M’entraîner à pratiquer le partage éthique dès que le cas se présente
  • Travailler l’écoute et la concentration
  • Accompagner le client à définir un contrat précis
  • Plus préciser le contrat entre le coach et le client, reformuler
  • Pratiquer le dessin et ses liens systémiques
  • Développer ma présence en écoutant la musique des mots.
  • Travailler à fond le silence en ne posant pas plus de 4 questions.
  • Oser creuser une stratégie même si cela me renvoie à des choses perso douloureuses.
  • Oser sans doser
  • Etre plus précis dans mes questions puissantes
  • Travailler mes questions puissantes pour permettre à mon client de sortir de son cadre de référence.
  • Accepter mes zones d’inconfort.
  • Être présent, oser creuser, sans intention
  • Ne pas hésiter à interrompre
  • Etre en émergence sans intention
  • Partager les images
  • Ne pas porter le coaching et sortir ma cliente de son cadre de référence
  • Présence à l’autre- intervention minimaliste
  • Travailler les questions puissantes et le silence
  • Améliorer mon niveau de présence (attentive à moi et à mon client)
  • Le silence, La présence
  • Être à l’écoute de moi, de lui et du système

Une fois que le coach a posé ce qu’il veut développer, il va laisser son stylo et cahier et commencer le coaching pour 8 minutes ; 8 minutes, c’est court et très puissant. Ici, nous sommes bien dans le cas du sportif de haut niveau. Un sportif de haut niveau qui pratique un sport sur un jeu de 90 minutes par exemple doit être capable de tenir un entrainement sur 2 h ou 90 minutes à ses limites extrêmes physiques, ainsi les 90 minutes de jeu normal sont plus faciles.

En supervision systémique, on pourrait dire que l’extrême est un coaching en 8 minutes. Savoir coacher en 8 minutes c’est simplement prendre le risque d’avoir le temps, la liberté, la légèreté de coaching en 30-45 minutes ou 1h30. De plus, c’est aussi créer un système où le coach peut aspirer des clients qui ont besoin de coaching flash où le résultat est plus important que le temps. Ces clients sont souvent des CEO.  C’est bien le cadre de référence du coaching.

Sylvie et Catherine peuvent démarrer.

Le coaching en 8 minutes :


Ici nous pouvons voir comment en seulement 8 minutes, Anne, cliente, est en plein recueillement, dans son silence systémique, voire cosmique. Une question puissante de Catherine lui permet de changer de cadre de référence.

Pratique après pratique, les coachs développent leurs consciences systémiques. Ils captent comment le processus du système est le contenu du coach, comment ce qui se passe dans un système peut se mettre facilement au service du client, comment, derrière toute réalité, il y a une cause même si celle-ci peut paraître totalement éloignée. En effet, les liens, les reflets systémiques, les résonnances, le fractal se créent par milliers dans un processus systémique comme par exemple :

  • Les liens, reflets entre les projets de développement du coach et du client. Ce n’est pas par hasard que le client a choisi ce coach.
  • Les liens, les résonnances entre les coachings précédents
  • Les reflets avec la façon du client durant ce coaching et sa façon d’être ou de faire quand quelques temps auparavant il était coach. Oui, ici le coach développe le côté fractal des actions.
  • Les reflets avec la façon dont ils se sont choisis.
  • Les reflets avec la façon dont il parle en groupe, dont il regarde le groupe, le superviseur.
  • Comment les petits effets sans liens au préalable peuvent être les grands causes du changement de cadre de référence du client. On parlera de fractal ou de lien ou de reflet ou de résonnance ou de synchronicité.
  • Les reflets, liens, résonnance entre ce qui se passe dans leur interrelation coach-client durant ces 8 minutes.
  • Et bien sûr, ce mois de juillet, les reflets, les liens avec le chant des cigales qui parfois arrêtaient leur chant au moment du recueillement du client comme pour lui laisser sa place.
  • Les liens avec ce papillon qui est venu nous visiter un par un durant tout un coaching où le client décida de visiter un par un les membres de sa famille.
  • Les liens avec les ombres, le vent…
Jouer avec le processus du système, jouer avec tous ces reflets, résonnance, synchronicité, effet fractal et les mettre au service de son client permet tout simplement au client de changer de cadre de référence pour prendre une ou des décisions concernant son projet.

Les feedforward, l’effet du groupe.


Pendant ce temps le groupe note les feedforward qu’il offrira au coach. C’est ainsi qu’après les 8 minutes de coaching, durant environ 15 minutes le coach recevra plus d’une dizaine de feedforward (option d’amélioration). Le temps est géré par un time-keeper qui développe sa pratique interruptive. L’ensemble des feedforward permet au coach de voir le champ des possibles, de développer sa créativité systémique, de voir les liens systémiques. Il développe tout simplement sa conscience systémique. Par effet systémique, le client aura lui aussi tout son ensemble de champ des possibles. Il a des options pour son projet.

En toute parité, le superviseur donnera lui aussi des feedforward pour permettre le développement de la conscience systémique du coach, du client et de l’équipe.

Les engagements du coach :


L’ensemble des feedforward est terminé, la cliente Fred a tout un ensemble de pistes pour son projet, la coach Myla est fière d’annoncer au pousse-décisions, les décisions qu’elle prend pour elle-même, pour ses prochains coachings, pour sa vie personnelle.

Voici des exemples de feedforwrd que des coachs du groupe de Montpellier et Toulouse se sont donnés lors des différentes journées de supervision:

  • Écouter les mots négatifs quand il pose le contrat pour l’amener à le formuler au positif
  • Laisser la liberté au client de choisir les options en travaillant une formulation d’accueil (ne pas rester focalisée sur les points oubliés) faire la différence entre l’analytique et l’émergence
  • Renvoyer les incohérences (ex : quand je la félicite)
  • Questionner ma cliente sur le processus sur lequel elle est avec ses clients
  • Pousser une piste en profondeur et ne pas me contenter de la première réponse
  • Inverser le cadre de référence du client
  • Attention à ne pas rentrer dans le contenu
  • Partager mon feeling
  • J’accompagne à travers mon comportement : je change mon comportement pour induire un changement chez mon client, sans intention.
  • Poser des questions puissantes complexes comme : S’il n’y avait pas tout ça, quelle est la vraie question à traiter ?
  • Poser tout de suite ce qui n’a pas été dit (reflet)
  • Poser des questions puissantes qui permettent au client de voir ailleurs comme : Quel est ton premier client ? Imagine ta fille à ton âge
  • Changer de milieu, le faire bouger, utiliser l’environnement comme les chaises vides car elles parlent.
  • Faire attention car je veux que mon client atteigne un résultat
  • Silence (coacher avec le regard et le corps)
  • Clarifier le contrat
  • Oser coacher le système car je perçois les choses, à moi de le faire, ça m’appartient.
  • Partage éthique la part du coach.
  • Passer le challenge de « ne pas pleurer », pour être déjà dans le changement par rapport à ton fils
  • Accueillir
  • Proposer un cadre de référence différent (c’est une fête)
  • Oser travailler autour de l’Amour quand cela se présente
  • Faire prendre du recul au client sur le dessin, une fois que c’est fait lui proposer de l’exploiter par différentes questions
  • Utiliser l’humour que j’ai en temps normal lors de mes coachings. Être moins sérieux, moins grave plus léger, plus moi.
  • Faire un lien avec l’inclusion de ce matin. (Tout ce qui s’est passé avant peut être utile pour maintenant).
  • Adopter une position basse pour challenger
  • Partager plus lorsque j’ai un doute
  • Continuer certaines questions que je n’utilise plus
  • Garder en tête le contrat et le plan d’action
  • Me rappeler du contrat et le reformuler dans le premier quart de temps
  • Faire résumer le plan d’action à la fin
  • Garder ma posture de coach et continuer à faire confiance
  • Revérifier le contrat en cours de coaching
  • Travailler l’écoute surtout quand je suis fatiguée
  • Continuer à pratiquer plus de silence tout en osant poser des questions si besoin pour vérifier l’état intérieur du coaché
  • Quand le client m’amène un cas simple, oser poser : c’est quoi le vrai problème ?

Le pousse-décisions notera cet ensemble de décisions. Le lendemain, ou le jour même si le wifi fonctionne; c’était plus difficile dans la garrigue :) Tout le monde recevra un tableau et pourra voir ce à quoi il s’est engagé à développer, ce à quoi le système s’est engagé, vers où il tend. Il pourra mesurer son évolution au fil des supervisions.

C’est ainsi que dans une journée de supervision entre 10 et 12 cas sont développés. En fin de journée, le coach de séance donne un feedforward à tout le monde. D’un point de vue systémique, les coachs développent le système de réunions déléguées ainsi que leur façon d’interagir entre eux, d’interagir quand une nouvelle personne entre dans le cycle ou sort et d’interagir avec le superviseur qui d’un point de vue reflet pourrait être perçu par le coach comme le CEO d’une entreprise.

L'art véritable du maître coach: Pour aller plus loin et jouer du systémique :

Cliqez sur le tableau pour visiter l'oeuvre complète de Laura Artiste-Coach

cliquez ici pour visiter l'oeuvre complète de l'Artiste-Coach Laura

Si vous aussi vous voulez développer votre musique systémique pour développer vos gammes de coach, votre volume de business de coach pour jouer avec vos clients, nous vous proposons :

Sur Montpellier un groupe de supervision systémique Metasysteme animé par Claude Arribas. Cliquer ici pour les dates et tarifs.

Sur Toulouse un groupe de supervision systémique Metasysteme animé par Claude Arribas. Cliquer ici pour les dates et tarifs.

Sur Paris un groupe de supervision systémique Metasysteme animé par Alain Cardon. Cliquer ici pour les dates et tarifs.

Sur Lyon un groupe de supervision systémique Metasysteme animé par Alain Cardon. Cliquer ici pour les dates et tarifs.

Si vous souhaitez voir ou revoir vos fondamentaux de coach systémique, nous vous proposons

Sur Madrid en espagnol animé par Claude Arribas le cycle de formation de coaching sistémico Escuela Metasysteme. Cliquer ici pour programme, dates et tarif.
Sur Paris en Français animé par Alain Cardon le cycle de formation de coaching systémique Ecole Metasysteme. Cliquer ici pour programme, dates et tarif.
Sur Lyon en Français animé par Alain Cardon le cycle de formation de coaching systémique Ecole Metasysteme. Cliquer ici pour programme, dates et tarif.
Sur Bucarest en Anglais animé par Alain Cardon le cycle de formation de coaching systémique Ecole Metasysteme. Cliquer ici pour programme, dates et tarif.

Remerciement :

Je remercie notre coach Fred Lembedge pour les photos ainsi que l’ensemble des coachs des groupes de Toulouse et de Montpellier.

Au plaisir de se rencontrer.

Coachivement.

Claude

+33 682 69 70 83

Vous pouvez aussi me contacter en me laissant un message sur ce lien

Commentaires

Comments by Disqus